lundi 22 avril 2013

Service du Travail Obligatoire

Le Service du Travail Obligatoire a été mis en place durant la Seconde Guerre Mondiale, lors de l'occupation de la France par l'Allemagne nazie.
Le but était de fournir à la Germanie, des hommes, travailleurs français qui devaient de participer à l'effort de guerre et remplacer les allemands qui étaient partis sur les différents fronts à travers le monde.

De juin 1942 à juillet 1944, ce sont plus d'un demi-million de français qui ont été ainsi réquisitionné pour servir l'Allemagne. Il faut tout de même noter que certains français étaient volontaires pour aller travailler outre-Rhin (à la recherche d'un emploi ou en espérant pouvoir ainsi faire libérer un proche prisonnier des stalags allemands...).

Mon grand-père Maurice ne coupa pas à la règle. Son passé d'enfant de l'assistance publique le faisait "bouger" de ferme en ferme en sa qualité d'ouvrier agricole, au gré des demandes d'hébergement des familles. La rumeur familiale dit que ça n'a pas gêné mon grand-père de partir travailler en Allemagne, pour lui, une ferme c'était une ferme et qu'elle soit française ou allemande, tant qu'il y avait à manger, ça lui importait peu, sauf que son dossier de l'assistance, et les courriers qu'il a écrit nous montrent le contraire...

Maurice est parti en juin 1943, à l'âge de 20 ans, suite a une loi passée dans l'année et qui stipule que les enfants nés de 1920 à 1922 doivent partir travailler en Allemagne, plutôt que de suivre les traditionnelles classes militaires (le pays étant occupé, il est bien normal que cette "éducation" militaire ne se fasse plus...).


Son tuteur de l'assistance publique devait représenter l'autorité paternelle qu'il n'a jamais eu, car c'est principalement à lui qu'il a écrit durant son séjour forcé en Allemagne, et les lettres sont assez émouvantes, et donnent un témoignage intéressant des conditions de vie.
 

On sent d'ailleurs au fur et à mesure que le temps passe, une certaine lassitude dans les courriers et une envie de plus en plus pressante et tout à fait légitime de rentrer au bercail.

On peut retrouver notamment dans ces échanges, les colis que mon grand-père recevait de la part de son tuteur, je me demande comment il aurait pu tenir sans les envois dudit tuteur d'ailleurs.....:



Ce tuteur lui envoie aussi des nouvelles de la région durant les évènements qui secouent la région :


Et quant aux conditions de vie sur place, au niveau de la nourriture "c'est plutôt honteux, car des cochons n'en voudraient pas", et pour que mon grand-père dise cela, lui qui était quand même d'une grande humilité et d'une grande patience, c'est que vraiment, ça devait être quelque chose....



En Allemagne, et avec sa majorité qui approche, mon grand-père semble impatient de pouvoir consulter son dossier de l'Assistance publique afin de connaitre l'identité de ses parents, malheureusement, le dossier ne lui apprendra rien :(


Mon grand-père reviendra dans le Poitou en septembre 1944, et retournera travailler dans les fermes, du côté d'Avanton, avant de retourner à Béruges ou il épousera ma grand-mère en 1949.

12 commentaires:

  1. C'est un beau billet et un bel hommage, très émouvant.

    RépondreSupprimer
  2. Superbe en effet, merci Fred de partager de tels trésors, même si ce n'est pas très joyeux, mais l'Histoire est rarement joyeuse.

    RépondreSupprimer
  3. Très beau billet. Mon grand-oncle avait été convoqué mais a été caché chez des amis pour ne pas y aller. Il a travaillé dans leur ferme durant toute cette période.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce témoignage qui me touche beaucoup.
    Mon père a subi le STO après avoir été raflé en Forêt Noire (sud du massif central). Je ne saurai jamais ce qu'il y a vécu parce qu'il refusait d'en parler. Je n'ai trouvé aucun courrier de sa part, aucun qu'il n'ait reçu dans les affaires familiales. Le peu que je sais, il l'a dit à mon épouse très surprise qu'il puisse lui répondre en allemand! (Moi encore plus étonné d'ailleurs.) Il a donc séjourné plusieurs mois à Stuttgart: il y conduisait un camion entre des fermes et une usine d'aviation. Je viens de trouver sa carte de STO: peut-être une piste qui s'ouvre...?

    RépondreSupprimer
  5. Bon article, bravo ! Y'a-t-il des archives sur les travailleurs du STO ? Ma mère a eu deux grands-pères différents : l'un s'est engagé dans le maquis, l'autre a effectué un travail obligatoire pendant la guerre (né en 1907). Il a travaillé dans une ferme, à quelques km au nord de Marburg. Dans les années 80, quelques 40 ans après, deux filles du propriétaire de la ferme - à qui mon arrière-grand-père a appris le français - l'ont retrouvé. Amicalement, Sébastien

    RépondreSupprimer
  6. Merci à tous pour vos petits mots sympathiques.

    Je sais que mon grand père souriait souvent quand on épluchait des pommes de terres sur la terrasse de la maison, en me répétant "Karrtoffeln, Kartoffeln" avec un léger rictus....

    Seb pour les recherches, je te renvoie sur ce lien :
    http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/caran/52-sto.pdf

    Il y a des choses :)

    RépondreSupprimer
  7. Doidy marie france23 avril 2013 08:55

    Mon pere a été réquisissionné ;;il s est évadé d"Allemagne ;;;mais rien comme courrier il se cachait en France d"ou il s"est écvadé aussi de la Pierre levée ;;

    RépondreSupprimer
  8. Merci Fredo .... Ca me fait trop de la peine en fait, il ne disait jamais rien papi, tout ce qu'il a "surmonté" dans sa vie ... Je vais essayer de le faire lire à papa.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Fred,
    Mon père a été requisitionné dans l'usine où il travaillait. Il est parti en Allemagne pour une durée d'un an et il y est resté 3 ans.
    Je suis allée au SHD à Caen, dernièrement et j'ai obtenu son dossier de prisonnier : cela est très émouvant ! Car comme beaucoup, il ne parlait pas de cette période.
    Bonne soirée
    Evelyne

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour vos messages. C'est vrai que cette période est proche et que les familles sont encore marquées par ces évènements.
    Il faudrait que je récupère son dossier à Caen, pour voir s'il y a plus d'informations.
    Manou : J'ai tout le dossier du grand-père en image si besoin.

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ce touchant billet. Si cela peut vous être utile, mes favoris sur le STO sont ici http://www.pearltrees.com/#/N-f=1_7056469&N-s=1_7056469&N-p=69405229&N-u=1_42583&N-fa=517705

    RépondreSupprimer